S7.3 – L’apport des communautés sociales, ressource à l’existence humaine

Mathilde Baudé-Moisseron

Docteure en Psychologie (CNAM-INETOP-CRTD) – Chercheuse biomédicale post-doctorant (IRBA) – Chargée d’enseignements (EPP et UCO)

Membre fondatrice, membre du CA et Secrétaire de l’Association Française de Psychologie Existentielle (AFPE). Coordinatrice pédagogique RH des 4ème et 5ème année et Responsable des enseignements de la 1ère à la 5ème année à l’École de Psychologues Praticiens de Paris. Référente pédagogique des apprentis à l’École de Psychologues Praticiens de Paris.

Cette présentation vise à présenter les résultats les plus signifiants qui ont été recueillis dans la recherche exploratoire. Cette recherche s’attache précisément à comprendre le rôle et le sens des liens communautaires pour les individus dans le champ de la psychologie existentielle. Il est effectivement fait l’hypothèse que « faire exister la communauté comme un nous » (Hervieu-Léger, 2017) permet à l’individu de construire son identité psychosociale, de donner un sens à sa vie, de favoriser son insertion sociale pour in fine qu’il prenne sa juste place dans la communauté des êtres humains.